31 août 2005: Deuxième édition du Raid des 21: le dsa report

Avant-propos:

Les organisateurs de la seconde édition du Raid des 21 nous promettaient un beau raid. Et, pour ceux qui ont la mémoire courte, ils avaient mis la barre haute lors de la première édition en 2004. On y avait découvert une très belle organisation, plein de bénévoles et une superbe région. Plusieurs n'avaient pas apprécié le parcours du premier jour. De longues montées et descentes mais surtout l'accident de M. Robert Crispo avaient fait en sorte que l'organisation avait promis de le changer cette année.

Lorsque les détails de l'édition 2005 ont été publiés, les premiers commentaires étaient variés. Le parcours 2005 demandait une certain gestion logistique supplémentaire: Départ du Parc des Hautes-Gorges avec arrivée à La Baie le premier jour. Départ de La Baie pour arriver à l'Anse St-Jean le second jour.

L'organisation avait prévu des navettes et tout ce qu'il faut. Pour bien des gens, en gros, il fallait monter à St-Aimé-des-Lacs vendredi soir, coucher dans le Parc des Hautes-Gorges, faire la journée de raid de samedi avec arrivée à La Baie. Dimanche, repartir de La Baie vers l'Anse St-Jean et, finalement, retourner chez soi en fin de journée. Pour les campeurs, cela impliquait donc quelques montages/démontages de tente et il fallait aussi bien se nourrir et s'hydrater! Oufff... Beau programme en perspective!

Dans mon cas, j'ai la chance (et je souligne le mot en appuyant très fort sur le clavier) de faire partie du club Durand Sport où le volet Raid obtient un support incomparable: entraîneur (le best, en plus), véhicules, remorque, gens aux ravitos, etc. Et pour mettre une cerise sur le gâteau, samedi soir, la mère d'une des membres du club nous invitait chez elle, à moins d'un km de la pyramide à La Baie, pour le souper et le coucher. Que demander de plus? Merci Manon!

Vendredi soir:

À St-Aimé-des-Lacs, cueillette des plaques pour les pré inscrits ou inscription de dernière minute pour les imprévoyants. Pour les pré inscrits, dont je suis, tout va bien, pas de problème. Pour les imprévoyants de dernière minute (pas de nom ici), une seule petite chose: il n'y a pas de guichet automatique ni paiement direct possible sur place. Il faut payer comptant ou par chèque. Le guichet automatique le plus près est à Clermont et avec une remorque pleine de vélos et de bagages, c'est pas trop tentant... Heureusement, on a réussi à se cotiser pour inscrire notre imprévoyant du groupe :-). Pour la prochaine édition, ça serait bien de prévoir des facilités de paiement direct ou encore indiquer clairement l'absence de telles facilités sur le site web du raid... Je sais, le mieux, c'est de se pré inscrire...

Je n'étais jamais allé camper au Parc des Hautes-Gorges. Je vous dirai juste que j'ai adoré la quiétude et la beauté des lieux. Et c'était propre en batinsse partout!  Deux pouces en haut pour les gens de la Sépaq!

Jour 1 - Parc des Hautes-Gorges / La Baie:

Cette année, nous partions de l'accueil du Parc des Hautes-Gorges, à quelques mètres du lieu de départ de la seconde journée de l'édition 2004. L'an dernier, le scooter qui précédait les coureurs n'avait pas vraiment respecté les consignes de vitesse pour le départ lancé: au lieu des 15-20km/h annoncés, on avait roulé pas mal plus vite, surtout sur la portion asphaltée. Je ne sais pas si c'est en raison de l'absence de Babus mais, cette année, ce fut tout le contraire. Les 16 premiers kilomètres furent longs, longs, très longs, 50 minutes en fait. Si cela est un mal nécessaire pour pouvoir partir du Parc, je l'accepte. En théorie, ça aurait dû nous permettre de pouvoir contempler cet endroit merveilleux mais, voyez-vous, certains pensaient que le raid se gagnerait dans cette portion du parcours. J'étais dans le premier tiers du peloton et ça jouait du coude autour... J'ai quand même regardé à quelques reprises. Maudit que c'est donc beau dans ce coin là!

Le fait marquant du jour s'est produit au 65ème kilomètre: Claude Boily, qui roulait alors en tête, a fait un face-à-face avec un quatre-roues et s'est fracturé une jambe. Arrivé quelques instants plus tard sur les lieux, Gilles Morneau est demeuré avec lui en attendant l'arrivée des secours. Beau geste de Gilles qui voyait alors s'envoler ses chances de victoire pour cette première étape.

Quelques kilomètres plus loin, au 68ème environ, mon seul point vraiment négatif du parcours du premier jour: après une descente assez rapide, on devait traverser un (&?$$%/&%) de pont de gros billots orientés dans le sens de la longueur. C'est dangereux, ça, un pont comme ça en vélo. Peut-être pas en camion ou en quatre-roues mais en vélo, c'est dangereux. Je l'ai d'ailleurs mentionné à un des organisateurs à l'arrivée du premier jour...

Les derniers kilomètres de cette première journée nous permettaient de constater à la fois les dommages causés par le déluge de 1996 le long de la rivière des Ha Ha mais surtout de profiter de la beauté du fjord du Saguenay à La Baie. Sur le fil d'arrivée, on ne pouvait que constater le sérieux de l'organisation: la bouffe, les fruits, les tentes, tout était parfait!

En résumé, pour la première journée, le parcours était très beau et roulant. Il y avait bien des zones sablonneuses mais coup donc, c'est du vélo de montagne, pas de la route... Ah oui! On nous marquait les mollet encore une fois et c'était génial! Voici le dénivelé de cette première journée:

Après un succulent souper (Merci encore Manon!), nous avons tous profité d'une bonne nuit de sommeil, en préparation pour le lendemain.

Jour 2 - La Baie / Anse St-jean:

En ce deuxième jour, nous étions de retour à la pyramide de La Baie pour le départ.  De totalement ensoleillé la veille, le ciel était tourné au gris et il pleuvait peu de temps avant le départ. Pas beaucoup mais il pleuvait quand même.

Comme la veille, il s'agira d'un départ lancé. La documentation disait que nous serions précédés d'une voiture de police pour les 500 premiers mètres. Surprise! Après à peine une centaine de mètres, la voiture se tasse et nous laisse aller. Petite confusion mais ça compense pour les 16 premiers km derrière le scooter de la veille :-)

Nous avons alors eu droit à un bon réchauffement dans une bonne montée d'asphalte. Pour réchauffer, ça réchauffait pas mal! La pluie était toujours de la partie et le parcours a alors mis la mécanique à dure épreuve: de longues zones boueuses. J'avais bien fait de mettre mes bas du Vélirium, reçus lors du raid Vélom...  Il étaient habitués à ça! Ma chaine voulant à tout prix me faire du trouble, j'ai du arrêter au premier ravitaillement pour huiler. Sage décision car tout alla bien par la suite.

Du premier ravito (aux environs du 15ème km) jusqu'à notre entrée dans les sentiers aux environs du 65ème km, le parcours était généralement très roulant. J'ai eu la chance de rouler en peloton avec un groupe de 5-6 coureurs de groupes d'âge différents mais nous avions un bon rythme. On a même initié un Senior Expert qui en était à son premier raid. Le vlimeux, à chaque fois qu'il passait devant, il faisait ce que DGILZ me reprochait au printemps passé quand on roulait ensemble: il augmentait la cadence! On lui a alors expliqué quelques règles de base et ça a bien été par la suite. Un peu plus tard dans le parcours, alors qu'on venait de dépasser un coureur Expert solitaire qui semblait en proie à un bunkage en règle, il m'a dit quelque chose du genre: «Ouais, lui, il n'a pas roulé en peloton et c'est ce que ça donne!». Et il avait bien raison

Aux environs du 65ème kilomètre, on entrait dans des sentiers pas trop large. Au départ très roulants, ils sont vite devenus assez rocailleux. J'veux pas écoeurer personne mais, dans cette section là, j'ai vraiment apprécié mon double-sus! J'ai même pris un peu d'avance sur le reste du peloton. T'avais raison, Ben! Les double-sus, c'est pas l'avenir, c'est le présent! Parlant de Ben, je l'ai rattrapé dans ce coin-là. Pauvre lui, cette journée-là fut son festival de la crevaison à répétition. Ben sûr, il n'a pas mis longtemps à re-re-re-réparer et à me dépasser mais ça m'a fait un p'tit v'lours de rouler en avant de Benito quelques minutes!!! :-)

Une dizaine de km avant l'arrivée, les organisateurs nous ont évidemment gardé une de ces fameuses montées casse-mollet comme dessert. Mais la descente en "S", quelques km plus loin l'a vite fait oublier. Le parcours du deuxième jour se terminait par quelques km sur la piste cyclable, la traversée du fameux pont couvert et le dernier kilomètre en ville sur l'asphalte. Non, non, surprise, une dernière petite montée pour redescendre dans le champ de pratique et on croisait finalement le fil d'arrivée après 97km. Le dénivelé de la seconde journée avait cette allure:

Résumé de la deuxième journée? Pour une journée qu'on annonçait très technique, je l'ai trouvée plutôt roulante. Mais ces 50km roulés en peloton avec d'autres coureurs m'ont permis de l'apprécier à sa juste valeur!

Après la remise de médailles, Pierre Lavoie a remis le cadeau du Gentleman du Raid à Gilles Morneau, pour s'être arrêté quand Claude Boily a eu son accident au premier jour. Gilles a pris le micro et nous a humblement avoué qu'il ne méritait pas de cadeau pour ça! Moi, je trouve qu'il le méritait. C'est tout à son honneur!

Ma seule déception pour ce raid: le nombre de coureurs ayant participé aux deux jours serait de seulement 135! Je souhaite que ceux qui ne sont pas venus fassent savoir pourquoi aux organisateurs afin que ceux-ci rectifient le tir pour l'an prochain! J'en veux d'autres, moi, des Raid des 21!

Denis St-Amand, alias dsa

INDEX