24 octobre 2008: Scoop: Nouveau cas de dopage au Roc d'Azur

JOURNAL L’ÉQUIPE, 23 OCTOBRE 2008- L’affaire semblait anodine et pourtant, elle a pris des proportions inégalées. Le coureur de vélo de montagne Jean-Jean Leclerc de Lac-Beauport au Québec a été contrôlé positif au SYRAH (un dérivé de troisième génération de l’EPO) ce matin au terme d’une série de tests effectués dans le cadre du Roc d’Azur, où le coureur Québécois a réalisé la plus incroyable performance de sa longue carrière.

Déjà les soupçons étaient grands au lendemain de son incroyable 238e position au total et une 18e place dans sa catégorie d’âge, et les officiels ont vite fait de faire une contre-expertise des échantillons prélevés au terme de l’incroyable succès du champion outre-Atlantique. Un taux élevé de l’hormone interdite a été détecté dans un échantillon sanguin suivant des traces perceptibles (mais très faibles) dans un test de l’urine du vététiste.

De l’avis des gens proches de lui, il avait déjà fait savoir qu’il était tenté par l’expérience de l’EPO: PATRICE HARVEY (ami proche): «Il m’avait contacté dans la semaine avant son départ pour la France pour me demander si je connaissais un bon contact pour se procurer du SYRAH. J’avais tenté de l’en dissuader, mais il était décidé, il voulait faire la performance de sa vie», et Monsieur Harvey de rajouter : «C’est triste de penser que Jean-Jean a fait une chose pareille, un homme si intègre…»

PHILIPPE CARRIER (autre ami proche): «Étant moi-même employé dans le domaine pharmaceutique, je trouvais curieux la fascination de Jean-Jean pour les produits dopants. Le sujet revenait sans-cesse dans nos discussions. En voyant l’incroyable résultat de Johnny, j’étais persuadé que quelque chose ne tournait pas rond».

Leclerc fait maintenant face à une sanction sportive de 2 ans ce qui, vu son âge avancé, le verrait forcé de prendre une retraite anticipée de la compétition. Nous n’avons pas pu avoir de commentaires de la part de Leclerc, lui qui se la coule douce présentement dans une villa au cœur des Pyrénées.

NDLR: Ce faux communiqué salissant la réputation de ce pauvre Jean-Jean est une gracieuseté de ses chums et coéquipiers au sein du club LAPC (Limited AirLousse Private Club). Ne fusillez pas le messager, svp. Et bravo à Jean-Jean!

INDEX