16 avril 2002:
La chasse aux cyclistes est ouverte

Voici le palpitant récit d'un cycliste appelé Jean-Philippe Provost(Équipe Oryx), qui roulait tranquillement à vélo, sans se douter qu'une Beretta bleu marine le traquait et allait lui faire sa fête...

Je moulinais tout bonnement dans les champs de Ste-Scholastique de Mirabelle (lieu de la première course de route 2002), quand tout à coup je sens quelque chose qui soulève mon bras gauche. Ho, Ho... Tabar... Ma roue avant de vélo quitte le sol, rapidement c'est au tour de ma pédale gauche de se faire soulever. À ce moment, j'ai compris que ce n'était pas le vent, mais bien quelque chose d'un peu plus tangible, une auto !!

Suivons l'ordre des choses, après ma pédale qui monte sur le flanc de la voiture, c'est au tour de ma roue arrière de quiter le sol.

S.V.P. veillez boucler votre ceinture et éteindre vos cellulaires votre vol en aller simple pour le pavé décollera sous peu, merci d'avoir choisi AIR J-P et bon voyage.


Le chandail officiel du Fan Club Beretta, dont J.P. fait maintenant partie.
Je m'envole à environ 4 pieds de haut, juste assez pour clairer la valise de la voiture je fais une légère rotation de 90 degrés et me voici à l'horizontale... C'est beau le pavé de cet angle, mais ce n'est pas très rassurant.

S.V.P. veillez boucler vos ceintures et redresser vos sièges, nous allons atterrir à El Pavos (le Pavé), la température extérieure est chaude, très chaude...


Le conducteur de la Beretta bleue s'est finalement arrêté après l'accident...pour vider son cendrier sur le bord de la route.
On s'aligne pour un atterrissage difficile, sur l'épaule droite à 4 pieds d'altitude... Et oui, c'est réussi, on touche le sol à environ 40 Km/Heure. C'est maintenant le temps de freiner, alors on met le premier frein(épaule droite). Une fois le frein usé au maximum, on utilise le frein de sécurité(la jambe et le genou droit ). Et là, ça ne freinait toujours pas, alors les grands moyens: on y va avec le dos...

MERCI d'avoir choisi AIR J-P, vous voici à El Pavos...

Rapidement je me relève, tout ensanglanté et abasourdi. Le tab... de char continue. Ah, y doit aller chercher de l'aide. Bien non, c'est un hit-and-run en règle. Voilà qu'un magnifique Berretta bleu marine s'éloigne avec comme seul témoins une vache et moi !!

Pour conclure, non je ne me suis rien brisé. J'ai simplement beaucoup de brûlures et de bleus + vélo et linge très amoché ! La morale: soyez dont prudents et surtout vigilants. P.S. merci Steve pour la musculation hivernale, c'est probablement à cause de ça que je ne me suis pas cassé la clavicule !

Jean-Philippe Provost

Si vous avez le coeur bien accroché, voici quelques photos des blessures de J.P.:

La hanche de J.P.
La jambe de J.P.
L'épaule de J.P.
La face de J.P.


INDEX