12 Octobre 2004: Vélo-Tir: Le Michaël Bouchard Report

Vouc avez eu droit au rapport du Président sur le Vélo-Tir. Voici maintenant celui d'un modeste participant, Michaël, tel que raconté par son papa, Denis Bouchard.


Michaël B. essaie le vélo tir au Centre Myriam Bédard
et son papa essaie d'entrer dans la base militaire sans se faire tirer!

Michaël B. est un jeune pee wee de 12 ans du Club Durand Sports qui en est à sa première année en vélo de montagne et qui, après quelques premières courses sur le circuit VMQCA et la fin des entraînements du club, voulait faire une dernière compétition et surtout essayer le vélo-tir après que son papa, Denis Bouchard, lui ai parlé de cette épreuve une semaine avant l'évènement. Voici l'histoire de sa course et aussi, celle des périples de son père avant la course:

25 septembre:

Denis B.: Eh Michaël, ça te tenterait d'essayer une compétition de vélo de montagne avec du tir à la carabine sur des cibles ?

Michaël B.: Oui, ça a l'air super l'fun mais comment ça fonctionne ?

Denis B.: À ton âge, tu devras faire 3 tours de 1 km chaque et tu devrais faire deux séries de 5 tirs. Pour chaque cible ratée, tu devras faire une boucle de pénalité de 250 m.

Michaël B.: Ok mais il faudrait que je me pratique. Je vais appeler tante Chantou et lui dire d'apporter ma carabine à plomb qui est restée à Baie St-Paul chez mamie. Elle monte justement à Québec mardi.

29 septembre (pratique de tir dans la cour arrière de la maison avec une cible en papier placée à 10 m.)

Michaël B.: Ouais, c'est pas facile tirer couché.

Denis B.: Dis-toi que c'est encore pire debout ou quand on a les pulsations à 175.

Michaël B.: La carabine tire tout croche: mon télescope est mal ajusté.

Denis B.: Ouais, ouais, la faute du télescope…Mais avec une cible grosse comme " la partie large d'une tasse de café " comme m'a dit monsieur Gendron, ça devrait être pas trop difficile, Michaël!

Michaël B.: Essaie papa, tu vas ben voir.

Denis B.: Ton père va te montrer comment il faut tirer: les moineaux, corneilles, canards, rats musqués, siffleux, perdrix et lièvres de Charlevoix pourraient te le dire, mon jeune! Amène ton gros calibre de carabine à plomb avec télescope, je vais te montrer. Après une trentaine de coups à 2-3 pouces du centre de la cible entrecoupés de 4-5 ajustements de télescope: Ouais, c'est vrai que ton télescope , y'é pas ben ajusté pis pas ben ben ajustable non plus avec ses vis de plastique. C'est pas grave, fiston, à Myriam Bédard, les carabines devraient être hyper bien ajustées!

Le 2 octobre (jour de la compétition)

Denis B.: Bon, t'es prêt pour aller au centre Myriam Bédard, Michaël ?

Michaël B.: Oui, j'arrive.

Denis B.: On va passer par l'entrée Est de la base militaire, la même qu'on prend quand on va s'entraîner quelques fois au centre Castor avec le club. C'est bien marqué dans l'avis de course qu'on peut entrer par là.

Michaël B.: Oui, j'm'en souviens de cette entrée. Mais c'est combien plus loin que le centre Castor, le centre de biathlon ?

Denis B.: Quelques kilomètres. Ça sera pas long, on arrive déjà à la guérite.

Arrive ici un désagréable personnage, le Gardien Désagréable de la Guérite Est avec Air Bourru.

Gardien désagréable de la guérite Est avec air bourru (GDGEAB): Votre nom ?

Denis B.: Denis Bouchard

GDGEAB: J'ai pas votre nom sur ma liste.

Denis B.: Normal, vous pouvez pas avoir mon nom à l'avance ou celui de mon fils, car il va s'inscrire sur place à la compétition de vélo-tir qui a lieu ce matin au Centre Myriam Bédard. Ça fonctionne comme cela.

GDGEAB: J'ai pas votre nom sur ma liste.

Denis B.: Encore une fois, c'est normal. Il n'y avait pas de pré-inscription. Vous n'êtes pas au courant ? Pourtant, monsieur, c'est annoncé sur Internet, dans le site de l'Association de vélo de montagne Québec Chaudière Appalaches!

GDGEAB: J'ai pas votre nom sur ma liste! Vous ne pouvez pas entrer!

Denis B.: Je prend alors mon air le plus solennel et me prépare à lui asséner mon argument massue: C'est organisé par le pré-si-dent de l'As-so-ci-a-ti-on de vé-lo de mon-ta-gne Qué-bec Chau-di-è-re Ap-pa-la-ches, mon-sieur Pierre Gen-dron. Sans effet, ça parait que le gardien l'a jamais vu dans sa tenue de combat de Downhill! Je rajoute aussitôt: Une madame Leguellec ou Leguennec du club de biathlon organise aussi cette compétition. Encore sans effet.

GDGEAB: J'ai pas votre nom sur ma liste. Vous ne pouvez pas entrer. Vous faites demi-tour!

Pendant ce temps, un des quatre automobilistes pognés à l'arrière de moi vient de klaxonner et de lancer: Aie, ça fait 5 minutes qu'on est bloqué!

GDGEAB: Patience là!

Je m'exécute donc et fais donc demi tour: je sais que les tanks et les camions sont probablement brisés et que je pourrais sans doute m'en tirer sans trop de peine avec ma Camry 4 cylindres si je défiais la puissance militaire de notre armée mais comme je suis avec mon fils et que j'ai pas demandé la permission à la maman de jouer à la vraie guerre, j'prend pas de chances! Rendu de l'autre côté de la guérite à la sortie, je vois un des organisateurs qui vient justement d'arriver en voiture et qui est dans la file, Luc Désilets, qui est aussi de Durand Sport.

Denis B.: Aie, Luc, le gardien veut pas me laisser entrer car il faudrait que mon nom sois sur sa liste!

(Même avec l'arrivée de Luc, personne n'allant au vélo tir n'a pu entrer avant 20 minutes d'attente additionnelle, soit lorsque la MP est arrivée sur les lieux).

Je quitte alors et je roule ensuite sur le boulevard Valcartier ne sachant plus trop si je vais revenir à la maison ou si je tente le coup par l'autre entrée. C'est sûr qu'avec deux redoutables lances missiles de marque Thule fixés en parallèle sur le toit de ma Camry et accompagné d'un dangereux terroriste aux cheveux blonds et aux yeux bleus de 4 pieds 11 pouces de 90 lbs que je fais continuellement passer pour mon fils de 12 ans, je me dis que je dois forcément attirer les soupçons!

Denis B. Est-ce qu'on retourne à la maison Michaël ou on essaie par l'autre entrée ? Ton papa est vraiment pas content, content!

Michaël B.: Non, papa, on ne retourne pas à la maison, on essaie l'autre entrée.

Denis B.: OK, je le fais pour toi.

Michaël B.: Merci, papa. Je ne veux vraiment pas manquer le vélo-tir. Je me suis pas pratiqué pour rien.

Denis B.: Tiens, ça passe super bien de ce côté de la base, ils nous ouvrent la barrière à l'avance et ils nous font même pas arrêter pour nous questionner et nous identifier. Je t'dis que c'est vraiment beau de voir ça la communication dans l'armée: ça serait beau sur un champ de bataille en situation de guerre.

Arrivée au centre Myriam Bédard:

Denis B.: Bon, il faut aller t'inscrire, Michaël. On entre. Complète le formulaire que la dame vient de te remettre Michaël. Wow! Un beau médaillon souvenir en métal de la compétition de vélo-tir commandité par Canon!

Michaël B.: OK.

Denis B.: Bon, vient, on va aller pratiquer ton tir. Je vais essayer aussi même si je participe pas à cause de la fête familiale qui m'oblige à quitter juste après ta compétition. Ça pourra être utile pour l'an prochain.

Michaël B.: La carabine est mal ajustée!

Denis B.: Ha, non, pas encore cette excuse! Tiens, on va faire un échange de carabines.

Michaël B. Ton monsieur le président t'avait pas dit que les cibles étaient supposées avoir la grosseur d'une tasse à café ?

Denis B.: Probablement que monsieur Gendron doit boire du café Turc car les cibles sont vraiment plus petites que nos tasses à café, hein Mic!

Une madame bénévole et sûrement adepte de biathlon passe près de moi alors que je passe ma carabine à Michaël couché juste à ma gauche: Aie, on pointe jamais le canon en direction d'une personne!

Denis B.: Oups, j'avais oublié mes cours de maniement d'armes à feu! Excusez! Bon, tu vois Michaël que c'étais pas la carabine: tu manques encore les cibles. Stabilise plus Michaël. Bon, assez pratiqué! Tu vas aller faire une reconnaissance de ton parcours et de la boucle de pénalité: comme ça tu vas savoir combien de temps ça va te prendre pour chaque cible manquée car t'en manque environ 2-3 sur 5 en pratique pis il faudrait pas que tu prennes plus de temps à t'ajuster que le temps que ça prend pour faire une boucle de pénalité!

Michaël B.: OK. Après le tour. Le parcours jaune des 12 ans (1 km) est facile, pas technique papa. Un peu de sable et un peu de roches dans le stationnement.

Denis B. Oups! Vite, c'est après toi qu'ils crient pour l'appel du départ ? Vite, Mic, à l'aire de départ!

5-4-3-2-1: Go. Le départ est donné à la seconde planifiée ce matin par les organisateurs à 10h45. On nous avait même fait synchroniser nos montres lors des instructions avant course. L'esprit militaire!

Premier arrêt de tir de Michaël: Une cible manquée, une deuxième, une atteinte, une troisième manquée puis une quatrième.

Denis B.: «T'as quatre boucles de pénalité à faire Michaël!»

Deuxième arrêt de tir: Trois cibles manquées. Ce seront trois boucles à faire.

L'arrivée:

Denis B.: «Content de ta course, fiston ? T'as eu du fun ? Je pense que t'es quatrième ou cinquième, j'suis pas certain car j'ai pas vraiment compté et le classement n'est pas sorti. De toutes manières, c'est le plaisir qui compte.»

Michaël B.: Ouais, je suis vraiment fier. 4-5 sur une vingtaine de coureurs. J'suis vraiment content.

Denis B.: (après quelques secondes de remords): Michaël, oui, t'es sans doute 4e ou 5e mais pas sur 20 car dans ton départ de groupe, il y avait des catégories de coureurs plus vieux qui faisaient plus de tours et de plus longs tours… Vous étiez environ 20 pour ton départ mais vous étes probablement 6 ou 7 participants dans ta catégorie.

Denis B.: Donc t'as aimé ça, Michaël ?

Michaël B.: Oui, super. C'est l'fun mais pas facile. Faut dire que ça faisait un petit bout de temps que je ne m'étais pas entraîné à vélo.

Denis B.: Qu'est-ce que t'as préféré ? Le tir ou le vélo ?

Michaël B.: Pas l'un plus que l'autre.

Denis B.: Pis les carabines, y'étaient ben ajustées ?

Michaël B.: Pas pire mais on dirait que la deuxième était mieux ajustée que la première…

Denis B.: Vas-tu le refaire l'an prochain s'il y en a encore ?

Michaël B.: Oui, c'est sûr.

INDEX