"); popupwin.document.close(); } function go_menu(menu) { choice = menu.selectedIndex; if (menu.options[choice].value != "") { window.location.href = menu.options[choice].value; } } // -->

23 juin 2004:
Les ancêtres du downhill

Cette chronique, je l’avais écrite il y a plusieurs mois et j’attendais le moment propice pour la mettre en ligne. Avec la chronique de Gilles intitulée : «Devinette de la semaine: la photo encore plusse rétro», je ne pouvais pas trouver meilleur moment!!!

J’ai commencé le DH sur le tard faute de financement, mais j’ai toujours jeté un petit coup d’œil à ce qui se passait de ce côté. Je me souviens assez bien, pour y avoir assisté, aux Coupes du Monde DH du Mont Sainte-Anne de 1995 ou du Championnat du Monde de 1998 et des vélos qu’il y avait à cette époque. Depuis, la technologie a fait un bond phénoménal!!! J’ai sélectionné des photos que j’ai prises dans mes vielles revues qui traînaient dans les fonds de tiroir chez moi ou sur le net. Une image vaut mille mots, alors je vous laisse juger des percées technologiques.

Nicolas Vouilloz en frein cantilever et fourche avant Rock Shox Judy DH.
Intense M1 avec fourche avant RST (surnommée «Rapide Srappe Tabarn*k») single crown!!!
Le fameux Cannondale qui (je me souviens d’en avoir essayé un à l’Anse-St-Jean en 1996) était LA machine de l’année avec sa fourche moto inversée, ses freins à disque et sa géométrie. C’était toute une machine pour l’époque.
Le vélo de montagne a déjà été aux X-Games dans une sorte de formule «slalom-parallèle DH». Portez attention à la hauteur de la selle du cycliste qui saute à l’aide du tremplin. Position parfaite pour un «over the bar» et se faire très mal.
Myles Rockwell avec des roues à 3 rayons.
Le Cannondale à Missy Giove. Pas de guide-chaîne et headshock à l’avant!
Ici, on peut voir le tendeur de chaîne Bullet Bros (le ressort qui tire sur le dérailleur). Portez surtout attention au plateau de 56-60 dents parfaite pour le Kamikaze Downhill de Mammouth Mountain (course de DH se déroulant dans le chemin d’accès de la montagne et où les vitesses de pointe de 100 km/h étaient chose du commun dans ce parcours). Le casque profilé ainsi que les cuissards allaient de pair avec cette quête de vitesse pur. Les temps ont bien changés lorsque l’on pense qu’en 2003, certaines courses se déroulaient à moins de 25km/h de vitesse moyenne et que les descendeurs utilisaient des plateaux de 36-42 dents.
Et pour terminer la chronique, voici quelques autres photos.

INDEX