"); popupwin.document.close(); } function go_menu(menu) { choice = menu.selectedIndex; if (menu.options[choice].value != "") { window.location.href = menu.options[choice].value; } } // -->

25 novembre 2003:
Watson, Tour de France & VéloMag

Je voulais vous faire part d'un événement qui s'est passé cet été. Peut-être en avez-vous entendu parler. Il s'agit du saut du «freerider» canadien Dave Watson au-dessus de la queue du peloton du Tour de France (queue de peloton, question de ne pas chambarder le déroulement de la course si jamais il y avait un pépin).

Le tout a été filmé et j'ai eu la chance de voir le film New World Disorder 4 où l'on retrouve ce saut. Malheureusement, Dave Watson n'a pas réussi son atterrissage. N'empêche, cela a permis de prendre des photos que je considère parmi les meilleures!!!

Admirez les opposés et les contrastes des deux disciplines:

-Les cyclistes du Tour de France en maillot court et cuissard alors que Watson est dans les airs avec tout son équipement de protection digne d'un gladiateur

- Les cyclistes de route qui montent une pente alors que Watson «drop» 35 pieds.
 

 


Je voulais souligner ce saut inusité un peu comme je l'avais fait avec Éric Barone et son record de vitesse à vélo.

Cependant, j'ai également une deuxième raison qui m'a poussé à en parler!!!

En feuilletant VéloMag Hiver 2003, quelle joie de voir la photo de Watson et de constater que Vélo Mag publiait enfin de «freeeride»!!! (si vous être un lecteur régulier, vous avez sûrement lu la lettre de Mathieu Laurin dans le Courrier du Lecteur qui incitait VéloMag à parler davantage de FR/DH)

Ma joie s'est vite dissipée. Voici le titre qui allait avec la photo: «Le grand sot canadien».

Puisque nous sommes tous invités à écrire dans la section Courrier du Lecteur de VéloMag, j'ai décidé d'y aller moi aussi de mon commentaire que je leur ai fait parvenir:

Je vous écris suite à la couverture que vous avez faite du saut de Dave Watson au dessus du peloton du Tour de France. Vous avez utilisé comme titre «Le grand sot canadien». Cependant, j'aimerais attirer votre attention sur les qualités, les performances et les habiletés de cet athlète en référence au qualificatif sot (dénué d'esprit) que vous avez utilisé dans votre édition Hiver 2003.

J'aimerais souligner que Dave Watson a été champion canadien de descente, a fait plusieurs podiums NORBA et a terminé 5e à la Coupe du Monde d'Hawaï. Alors qu'il était un coureur de la Coupe du Monde bien établi, il a décidé en 2001 de quitter la discipline de la descente pour se consacrer entièrement au «freeride». Depuis ce temps, il a su représenter le Canada de belle façon en terminant 4e, 5e et 8e aux éditions du célèbre Red Bull Rampage et en apparaissant dans de nombreux films. De plus, il a mis son expertise à la portée de tous en créant sa propre compagnie de vêtements (Sombrio) dédiés aux adeptes de vélo de montagne.

Des lettres de Mathieu Laurin (champion canadien de descente) et de Marc Champoux (Club BMX Cap-de-la-Madeleine) ont été publiées dans le Courrier du Lecteur de Vélo Mag. Les deux dénonçaient le fait que des disciplines telles que la descente, le «freeride» et le BMX recevaient une couverture quasi-inexistante dans votre revue. Je tiens à vous dire que pour une fois que vous parliez de nos champions canadiens qui sont reconnus mondialement, vous auriez pu le faire correctement.

Habituellement, Dave Watson réussit ce type de saut et je suis sûr que vous n'auriez pas utilisé ce titre s'il avait atterri en douceur comme il a l'habitude de si bien le faire. Peut-être que pour vous effectuer des sauts de 35-40 pieds est signe d'un manque de jugement, mais c'est en fait une discipline qui nécessite des habiletés techniques et physiques. Ce type de discipline cycliste mérite davantage de respect, particulièrement de la part d'une revue cycliste!!!

Pierre-Luc Benoit
Compétiteur en descente et «freerider» à ses heures...



Si jamais vous sentez le besoin de faire parvenir vos commentaires sur ce sujet, vous pouvez envoyer un email au courrier des lecteurs de VéloMag.