"); popupwin.document.close(); } function go_menu(menu) { choice = menu.selectedIndex; if (menu.options[choice].value != "") { window.location.href = menu.options[choice].value; } } // -->

30 mars 2004:
Définition du terme "freeride" par DSA

La plupart des participants sur les groupes de discussion ou les cyclistes que je côtoie m’ont inspiré une chronique un jour ou l’autre. Que ce soit par leur suggestion (Gendron, Dgillz, etc.) ou leur implication à en écrire une (AP, Hypnotic, etc.), il y a toujours une place pour eux.

DSA, qui est très présent sur le groupe de discussion du site vmqca.qc.ca, avait écrit sa définition du freeride. Cette définition, qui est loufoque/sarcastique/comique, m’a inspirée la présente chronique.

Tout d’abord, voici la définition de DSA :

«Activité cycliste pratiquée de façon libre (d'où le "free"), peu structurée et sans planification mais entraînant chez les jeunes qui le pratiquent (ou leurs parents) des visites régulières dans des endroits biens distincts: le marchand de vélo du coin pour favoriser un roulement de son inventaire de pièces de rechange et un autre lieu nommé urgence afin de réparer/prendre soin de ce qui reste de celui qui pratique le freeride à la fin de la journée. Le freeride peut aussi être considéré comme anti-sommeil pour les parents de ceux qui le pratiquent.»

Plus loin, lorsque l’on traitait de l’équipement de protection et des blessures, il avait écrit aussi :

«Le seul hic, c'est que la plupart des ados qui font du freeride n'en portent pas non plus.»

Voici donc sa définition du Freeride imagée!!! (attention 18 ans et plus)

«Activité cycliste entraînant chez les jeunes qui le pratiquent (ou leurs parents) des visites régulières dans des endroits biens distincts: le marchand de vélo du coin pour favoriser un roulement de son inventaire de pièces de rechange»

«et un autre lieu nommé urgence afin de réparer/prendre soin de ce qui reste de celui qui pratique le freeride à la fin de la journée»

«Le freeride peut aussi être considéré comme anti-sommeil pour les parents de ceux qui le pratiquent.»

«Équipement de protection: Le seul hic, c'est que la plupart des ados qui font du freeride n'en portent pas non plus.»

NDLR: Veuillez noter que même presque tout nu, les descendeurs ont leur gros casque de moto sur la tête. Les folies ont quand même leur limite.