6 décembre 2013: Radio poubelle à Québec: Réplique à M. Gilbert

Un matin en novembre 2012, j'ai été épaté d'entendre au FM 93 les animateurs Sylvain Bouchard et Josey Arseneault parler cyclisme ! Et pas rien que ça, ils parlaient cyclisme en faisant la promotion du cyclisme, en encourageant les auditeurs à se mettre en forme, le prétexte étant la Boucle du Grand Défi Pierre Lavoie. Ils ont formé un un groupe sur Facebook, rassemblant plein de gens, du plus en forme au plus sédentaire, qui se mettaient mutuellement au défi de participer à l'événement. Le groupe est toujours actif, c'est de toute beauté. On y voit plein de gens qui jubilent et s'exaltent dans l'air pur et l'allégresse, qui témoignent comment le vélo a changé leur vie pour le mieux.

Sylvain Bouchard ayant toujours affiché un parti-pris pour l'automobiliste-seul-dans-son-char et toute l'idéologie revendicatrice liée à son petit confort, je me disais que la pratique du cyclisme était la meilleure chose qui pouvait lui arriver et NOUS arriver, " nous " étant les cyclistes qui devons partager la route avec les autos. Sylvain a finalement tchoké et pas fait la Boucle, pour des raisons que je ne connais pas, mais au moins, depuis une secousse, on sentait un vent positif flotter sur les ondes, en contrepoids au discours de Radio X, qui n'en manque pas une quand vient le temps de cracher sur les cyclistes.

Tout content de pouvoir encourager cette initiative du FM 93, je me suis joint au jury de la promotion pour former l'équipe FM93, ça m'a permis de faire la connaissance de Josey et de Jonathan Bernard, deux personnes franchement sympathiques, à l'enthousiasme communicatif, des ambassadeurs de bonnes valeurs et de saines habitudes de vie. En passant, les deux ont fait la Boucle. Jonathan les doigts dans le nez car c'est un cycliste accompli, Josey en y mettant tout ce qu'elle avait dans le corps. Je leur dis bravo pour cet exploit, bravo de reprendre l'initiative en 2014 et surtout bravo pour avoir fait de la radio qui rend le monde meilleur.

Vous comprendrez que quand j'ai entendu l'extrait dont je vous parlais dans la chronique précédente, j'ai écrit immédiatement à Jonathan, m'outrant du discours de M. Gilbert et reprochant à Jonathan sa passivité devant les propos de son collègue. Il m'a répondu qu'il faisait du journalisme, pas de l'opinion et que dans le contexte de l'entrevue, il n'était pas là pour donner la réplique. Je lui ai répondu qu'en ce cas, il aurait pu au moins documenter les sujets en question, les propos de M. Gilbert étant de toute évidence basés sur des préjugés plutôt que sur des faits. Jonathan m'a offert un droit de réplique en ondes, mais inutile de vous dire qu'avec la mauvaise foi de M. Gilbert, il n'était pas question de rajouter à ce cirque.

Vaut mieux me prévaloir du droit de réplique ici, sur un terrain qui n'est pas lié aux cotes d'écoute ou à des revenus publicitaires pour une entreprise privée.

LES RAPPORTS EN QUESTION
Tout d'abord, voici copie des trois rapports de coroner dont il est question, que M. Gilbert a dû lire très vite avant son entrevue, car entre autres il insinuait que les portières s'étaient ouvertes devant des cyclistes se faufilant entre deux rangées de voitures, alors que ce n'est absolument pas le cas.

Rapport du coroner Jean Brochu sur le décès de Suzanne Châtelain
Rapport du coroner Jean Brochu sur le décès de Christian Brulotte
Rapport du coroner Jocelyne Tessier sur le décès de Marc-André Fontaine

Faits saillants: Au Québec, 60 collisions de cyclistes avec la portière ouverte d'un véhicule en 2012, 92 en 2013. Sur le lot, 35 cyclistes ont été transportés à l'hôpital en 2012. 58 en 2013.
Article 430 du code de la route: «Nul ne peut ouvrir la portière d'un véhicule routier à moins que ce véhicule ne soit immobilisé et sans s'être assuré qu'il peut effectuer cette manœuvre sans danger.»

L'amende pour un automobiliste qui contrevient à l'article 430: un gros 30$


Les chiffres en Angleterre sont tout aussi alarmants.

LE RESPECT DE LA LOI
L'animateur faisant dévier la responsabilité des accidents sur le comportement des cyclistes qui contreviennent à la loi, il serait bon de documenter sérieusement les conséquences relatives de ces fameux comportements contraires à la loi. En consultant les statistiques de Vélo-Québec, j'ai trouvé réponse à ces questions:

Combien de morts d'autrui ont été causées par des automobilistes ne respectant pas le code de la route dans les 10 dernières années?
Réponse: Quelques centaines chaque année quand on compte piétons et cyclistes. Quand on compte les cyclistes seulement, 50% des 166 décès de cyclistes sur les routes du Québec de 2003 à 2012 sont imputables au comportement d'automobilistes ne respectant pas le code la route. Note: cette statistique est ultra-conservatrice, compte tenu de l'hommerie, car dans un accident vélo-auto, le cycliste est soit mort, soit transporté à l'hôpital, la cause de l'accident est donc établie souvent sur la base du témoignage de l'automobiliste, qui ne s'incriminera pas toujours. M. Gilbert témoigne éloquemment de ce fait lorsqu'il encourage candidement les automobilistes responsables d'accidents à mentir aux policiers, autour de 4 min30 dans l'entrevue: " Ça, c'est ce qu'elle a déclaré (la personne qui a déclaré aux policiers ne pas avoir regardé si un cycliste s'en venait avant d'ouvrir sa portière). Si elle avait été un peu vite d'esprit, moi je peux vous jurer une chose, si on me demande " avez-vous regardé ", je vais dire oui. "

Combien de morts d'autrui ont été causées par des cyclistes ne respectant pas le code la route dans les 10 dernières années?
Réponse: Aucune. Aucun piéton, aucun autre cycliste, aucun automobiliste n'a été tué par un cycliste au cours des 10 dernières années, que ce soit en contrevenant à la loi ou en la respectant.

Monsieur Gilbert laisse entendre que les cyclistes respectent moins le code de la route que les automobilistes. Qu'en est-il au juste? Demandons-nous: Quelle est la proportion des cyclistes et des automobilistes qui ne respectent pas le code de la route?
Réponse: Impossible de trouver des statistiques la-dessus, évidemment. Mais concédons que mettons que supposément TOUS les cyclistes sont des contrevenants, est-ce que les automobilistes sont mieux? La réponse est… Non ! Postez-vous à un feu rouge et comptez le nombre d'autos qui passent une fois que le feu est passé au rouge. Postez-vous à un stop et comptez le nombre de voitures qui ne s'immobilisent pas. Postez-vous n'importe où et vérifiez si la limite de vitesse indiquée est respectée. PERSONNE ne roule à seulement 50km//h dans une zone de 50km/h. TOUT LE MONDE roule au dessus de la vitesse, la plupart (moi le premier), jusqu'à 20km/h de plus, car c'est la limite tolérée.

Tout ça pour dire que oui, certains cyclistes ne respectent pas tous le code de la route, mais les automobilistes ne sont pas placés pour leur faire la morale, à cause d'une énorme différence, celle des conséquences: Un vélo ne tue personne, les autos tuent des centaines de personnes par année.

FOURRER LES BRAKES
Dans un prodigieux élan de mauvaise foi, M. Gilbert associe la vitesse des cyclistes décédés à celle des motos qui nous dépassent à 200km/h sur l'autoroute. Il suggère que les cyclistes décédés ont fait preuve de témérité et ont couru à leur propre perte. Pour M. Gilbert, un cycliste qui roule à 20km/h, «ça commence à être vite» et ça ne permet pas de «fourrer les brakes» à temps pour éviter une collision avec une porte. S'il avait lu le rapport concernant Mme Châtelain (55 ans), il aurait compris qu'elle roulait justement à une vitesse pépère, ce qui lui a laissé la seconde nécessaire pour «fourrer les brakes» quand le conducteur de la fourgonnette a ouvert sa portière sans regarder. Elle a réussi à éviter la porte, mais comme cela se produit souvent quand on «fourre les brakes», elle a dévié vers la gauche et perdu l'équilibre. Parle-t-on de témérité débridée? Parle-t-on d'un vélo qui arrive si vite qu'on ne peut l'apercevoir en regardant dans son miroir extérieur? Jamais de la vie. Et en passant, j'espère que les familles des personnes décédées n'ont pas entendu ces extraits, car les intentions prêtées par M. Gilbert aux victimes donnent la nausée. On a senti dans ses propos moins d'empathie envers les victimes qu'envers les pauvres automobilistes qui ont dû payer une amende de 30$.


Figure 1. Les choix de corridors pour les cyclistes

Comme exemple de comportement, M. Gilbert cite une cycliste qui se positionne à un arrêt dans la voie des automobilistes plutôt que sur le côté de la route. C'est en effet la bonne chose à faire au moment de s'arrêter. Surtout pas se faufiler entre deux rangées. Mais quand vient le temps de se déplacer sur la rue, le cycliste n'a pas le choix de rouler dans la " zone de porte ". S'il roule au milieu de la zone des autos, il se fera soit frapper par l'arrière, soit abreuver d'insultes, comme en témoigne ce cycliste australien qui a tenté de rouler en dehors de la «door zone».

RESPONSABILISER L'AUTOMOBILISTE
«Je peux très bien avoir regardé sans avoir vu» dit M. Gilbert. Voilà qui résume l'insouciance générale d'une race d'automobilistes face aux vélos. Insouciance à laquelle le no fault donne sa bénédiction. L'automobiliste qui comme M. Gilbert le dit «peut bien avoir regardé mais sans avoir vu», c'est parce qu'il s'en sacre si un cycliste approche. Il devrait être responsabilisé, pas excusé pour sa distraction. Le message que la radio devrait véhiculer est le suivant: «Vous êtes au volant d'une machine qui peut tuer, soyez-en conscient.» Trois étapes faciles: 1. Ouvrez toujours votre porte comme si vous étiez dans une rue étroite et qu'un véhicule pouvait vous l'arracher. 2. Cherchez du regard UN CYCLISTE dans votre miroir. Si y'en a un qui s'en vient, qu'il roule vite ou lentement, vous ne pouvez pas le manquer. 3. Une fois convaincu que personne ne vient, ouvrez votre porte doucement en regardant directement vers l'arrière. Ça s'appelle se soucier de son prochain et ça s'appelle la loi.


Une image vaut mille mots: Miroir SANS cycliste


Miroir AVEC cycliste. Pas si dur que ça à confondre, non?

La radio pourrait aussi suggérer aux automobilistes de se procurer un autocollant aide-mémoire, à fixer dans la fenêtre devant le miroir, ou encore mieux, en faire imprimer et organiser une promotion pour les distribuer. Ça, ce serait un geste constructif. Et j'espère que ça ne donnera à personne l'idée d'en imprimer avec un target dessus, dans la continuité de la campagne (fictive bien sûr) de 2010 «Faites-vous plaisir».

La radio pourrait aussi apprendre aux nombreux automobilistes qu'il faut signaler en arrivant à une intersection, s'immobiliser avant de tourner à droite aux feux rouges, empiéter sur la ligne jaune pour laisser suffisamment d'espace entre leur voiture et un vélo lors d'un dépassement, ne pas texter au volant, etc…

LES PAYEURS DE TAXES
M. Gilbert dit: «Pourquoi faudrait-il encore que ce soit moi, l'automobiliste, qui paye pour leurs maudits aménagements routiers?» Pourtant, on sait que les cyclistes comme les automobilistes sont assujettis aux impôts sur le revenu. M. Gilbert cite les taxes sur l'essence, les permis de conduire, les immatriculations… Comme si un cycliste ne pouvait être en même temps un automobiliste!! Quelle est au juste la proportion des cyclistes adultes possédant un permis de conduire et une voiture? La réponse est: 90% des cyclistes (de 18 à 74 ans) possèdent ou partagent une auto. Donc paient les mêmes taxes que les automobilistes. On vous revient plus tard avec d'autres chiffres la dessus.

À la dernière question de M. Gilbert sur les amendes: «Pourquoi c'est juste les automobilistes qui payent et que les cyclistes s'en sauvent tout le temps?»
Réponse: Les automobilistes payent l'amende de portière seulement quand ils causent un accident par leur irresponsabilité. Les cyclistes ne blessent personne. La police tolère certains comportements illégaux chez les cyclistes, probablement parce qu'elle juge qu'ils ne sont pas trop dangereux. Comme elle tolère les publicités dans le journal pour les services d'escorte. Comme elle tolère les autos qui ne font pas leur stop comme il faut, ou qui dépassent de 20km/h la limite permise. (Note: dans le cas d'une zone de 50km/h, 20km/h de plus c'est 40% de plus que la vitesse permise. Dans le cas d'une zone de 30 km, 20km/h de plus c'est 66% de plus que la limite permise)

UN CYCLISTE POUR 30$
M. Gilbert s'oppose à des amendes plus sévères. On s'entend-tu que pour un automobiliste qui n'a rien à cirer de la présence des cyclistes en ville, au point de ne même pas regarder si y'en a un qui arrive au moment d'ouvrir sa portière, se débarrasser d'un cycliste pour seulement 30$, c'est un méchant bon deal.

Suggestion à M. Gilbert: Ne soyez pas en reste face à la campagne de Radio X «Let's honk a cyclist», partez une campagne de financement sur vos ondes pour dénoncer l'injustice des trop fortes amendes contre les automobilistes. Ramasser 3000$ ne devrait pas être trop difficile. Ça permettra de dédommager 100 conducteurs qui auront blessé ou tué 100 cyclistes en leur ouvrant une portière dans la face. Et ça fera peur aux autres cyclistes. Ils prendront leur auto et tout le monde pourra utiliser les rues sans risque (de prendre une amende de porte). D'autant plus qu'y va y avoir tellement d'autos que ça avancera pas vite. On pourra alors mettre la faute sur les corridors d'autobus.

Je déconne, mais l'idée est de souligner l'absurdité des propos de M. Gilbert, et sa résultante auprès de la frange d'auditeurs qui ne savent pas faire la part des choses: une agressivité sans cesse grandissante envers les cyclistes.

EXAMEN DE CONSCIENCE
Je ne peux pas croire que ce genre de situation ne soulève pas de questionnement chez M. Gilbert, chez ses collègues, chez ses patrons.

Comment M. Gilbert se sentait-il lorsqu'il est passé à la pause à la fin de l'entrevue? Satisfait d'avoir fait «de la bonne radio» ou conscient d'avoir fait un fou de lui-même? Quand vous vous couchez le soir, M. Gilbert, vous demandez-vous din fois: Suis-je utile à quelque chose? Ai-je été utile à quelqu'un aujourd'hui? Ai-je reçu des courriels de remerciements d'automobilistes contents que j'aie défendu leur droit à la négligence criminelle? Pourquoi êtes-vous sur cette terre, M. Gilbert? Pour connaître la célébrité comme les autres grandes gueules de la radio? Pour faire un max de cash et assurer l'avenir de vos enfants, ou pour leur construire un monde meilleur? Le pouvoir que vous confère votre position pourrait être utilisé d'une façon infiniment plus productive, pour améliorer le monde autour de vous. Vous l'utilisez plutôt pour attiser les frustrations et la haine. Il n'y a rien de constructif la dedans. Belle mentalité, je te jure.

Pour finir, si la station ou M. Gilbert désirent commenter, notre porte est toujours ouverte, comme on dit.

INDEX